Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Bernd Alois Zimmermann

III. Essais

À propos de l’avenir du ballet (1968)

Note de l’éditeur

« Über die Zukunft des Balletts. Ein Extemporale ». Non publié.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Aussi longtemps qu’il y aura de la musique, il y aura de la danse. De même, aussi longtemps qu’il y aura de la danse, il y aura de la musique. C’est une relation élémentaire.

Le ballet n’apparaît que bien plus tard – et le ballet européen d’ailleurs en dernier lieu. La caractéristique la plus remarquable du ballet est avant tout son artificialité absolue. Il s’oppose ainsi d’emblée à la danse, dont la « naturalité » (quels que soient les malentendus qu’évoque ce mot) est jusqu’à présent toujours parvenue à s’imposer comme novatrice.

La création du ballet représente avant tout une rébellion de l’esprit contre la force de pesanteur du corps. C’est en cela que le ballet s’écarte le plus de la danse au sens le plus large, car celle-ci, dans sa forme la plus élémentaire, met l’accent sur la pesanteur.

Petipa a conçu le ballet comme la forme absolue du théâtre dansé : c’est un art autonome qui a trouvé sa codification dans l’ordo de ce qu’on appelle le canon du ballet. Sous cette forme, le b...

© Éditions Contrechamps, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search