Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Bernd Alois Zimmermann

III. Essais

Réflexions sur le jazz

Introduction à Die Befristeten (1968)

Note de l’éditeur

Paru sous le titre « Gedanken über Jazz. Einführung zu “Die Befristeten” » in Disque Wergo 60031.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image 10000000000004F800000651A2E90C67.jpg

Zimmermann et John Cranko durant la réalisation du ballet Présence en 1968. © Kilian, Wäschenbeuren

Quelle attirance exerce le jazz sur des compositeurs qui n’en sont pas réellement issus ? Si l’on présume qu’une telle attirance s’observe dans presque tous les cas – à quelques exceptions près – on pourrait dire alors qu’elle est liée à une pratique fondée sur le don naturel.

Un don pour quoi ?

Tout d’abord pour une manipulation entièrement spontanée de certains instruments pour lesquels l’enseignement n’est pas absolument nécessaire, mais qui sont des sortes de grandes portes d’où quelque chose veut sortir : l’improvisation doit sans doute être comptée parmi les caractéristiques essentielles du jazz.

Nous savons que la soi-disant « improvisation absolue » n’existe pas au sens strict – toujours est-il qu’on en éprouve l’ivresse.

Et même plus : cette ivresse demeure fascinante.

On peut aujourd’hui affirmer que le jazz a ses particularités essentielles, et constitue une branche musicale sui...

© Éditions Contrechamps, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search