Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Bernd Alois Zimmermann

III. Essais

L’avenir de l’opéra

Quelques réflexions sur la nécessité de former un nouveau concept d’opéra comme théâtre de l’avenir (1965-1966)

Note de l’éditeur

Paru sous le titre « Zukunft der Oper » in Blätter der Bühnen der Stadt Köln, Spielzeit 1965-1966, H. 2, Mainz, Schott.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image 10000000000004F20000060F5C80D4B8.jpg

Les Soldats, scène du café (2e acte), Munich, 1969 (direction Michael Gielen, mise en scène Vaclav Kaslik). © Toepffer, München

On tient généralement pour établi que le Wozzeck d’Alban Berg a défini pour la première fois l’opéra comme théâtre musical absolu. Ceci n’est que partiellement correct. Un examen plus approfondi révèle que Wagner, surtout dans Tristan, a clairement pris pour point de départ ce qui bien plus tard, sous le nom de « musique nouvelle », a fait naître l’indignation chez beaucoup de contemporains qui n’avaient guère été irrités par Tristan : les structures (Formen) de la musique absolue, et ce de telle façon que du point de vue formel, on peut qualifier cette œuvre de symphonie vocale en trois mouvements étendue à des dimensions gigantesques.

Si l’on fait abstraction des opéras de Mozart, qui occupent une place tout à fait à part, incomparable et à jamais inégalable dans l’histoire de l’opéra, c’est au plus tard avec Tristan que l’action dramatique, en s’identifian...

© Éditions Contrechamps, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search