Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Bernd Alois Zimmermann

II. Critiques musicales

Le Viol de Lucrèce (1949)

Traduction de Vincent Barras

Note de l’éditeur

Paru sous le titre « Der Raub der Lukrezia » in Stimmen. Monatblätter für Musik, 1949, H. 13-14, p. 388-390.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image 10000000000004F6000006D54983EAD5.jpg

Zimmermann étudiant à Bonn en 1938

C’est un sujet fort ancien que Benjamin Britten (né en 1913) a utilisé pour cet opéra écrit en 1946. Tite-Live raconte déjà l’histoire du rapt de Lucrèce, de son viol par Tarquin, fils de l’Étrusque Tarquin le Superbe, un homme brutal.

Le fait que la chaste Lucrèce se soit donné la mort après le viol devint le signal du soulèvement contre les Étrusques. Cela se passait au VI e siècle avant Jésus-Christ. Cette légende pré-chrétienne occupa souvent l’esprit et la force imaginative des peintres et poètes qui, de la Renaissance jusqu’à nos jours, se tournèrent de préférence vers les sujets antiques et mythologiques. Le récent regain d’intérêt pour l’Antiquité, qui a pris – notamment chez Sartre, Camus, Anouilh, O’Neill – une coloration existentialiste à laquelle se sont ajoutés d’autres traits de la pensée moderne, s’est également porté sur ce sujet. Là aussi, il y a eu réinterprétation et infléchissement vers le temps présent, mais avec des accents expr...

© Éditions Contrechamps, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search