Version classiqueVersion mobile

Au nom des opprimés

 | 
Klaus Huber

Klaus Huber, Essais

Nouvelles perspectives dans un présent en danger

Comment pouvons-nous projeter l’héritage de Luigi Nono vers le futur ?

Traduction de Marc-Ariel Friedemann

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Luigi Nono est mort. Il n’y a pas d’échappatoire.

J’ai entendu dire et je sais que ce symposium fut planifié du vivant du compositeur, afin de promouvoir et d’approfondir les réflexions sur son œuvre. Et je m’imagine Nono parmi nous comme l’auditeur par excellence1. Car il savait écouter, surtout lorsque les jeunes s’exprimaient. Mais il n’aimait pas particulièrement que l’on parle de sa musique. Il pouvait alors renvoyer la balle de façon tenace à l’interrogateur.

Sa mort fut un choc énorme.

Le fait d’apprendre que je devais parler ici et maintenant sur mon ami mort a provoqué en moi un combat accompagné d’instincts de fuite… Il ne me reste donc guère d’autre voie, en m’exprimant ici, que de penser à une possible critique de sa part. Laissez-moi éclairer le paradoxe qui me tourmente en commençant par une sorte de conclusion faite de deux citations opposées :

« Pour quelque étrange raison, l’expression “mort d’un poète” semble toujours un peu plus concrète que l’expression “vie d’un poè...

© Éditions Contrechamps, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search