Version classiqueVersion mobile

Au nom des opprimés

 | 
Klaus Huber

Klaus Huber, Essais

Anti-Babel

Introduction au premier séminaire international de compositeurs de Boswil

Traduction de Marc-Ariel Friedemann

Texte intégral

1Chers amis et collègues, chers invités, chers auditeurs,

2Bien que je ne me sente pas la vocation de parler de la Fondation « Alte Kirche Boswil » [ancienne église Boswil], j’aimerais vous la présenter de façon très subjective : nos hôtes ici à Boswil ne sont pas du tout des spécialistes de la nouvelle musique. Ils ne sont pas mus par une quelconque conscience missionnaire visant à faire triompher quelque chose de nouveau et d’inattendu. La Fondation Boswil n’est pas… un institut pour la nouvelle musique ou pour les arts nouveaux, ni pour ceci… ni pour cela… Les artistes aident les artistes, les musiciens aident les musiciens ! C’est une devise facilement compréhensible. Mais elle est néanmoins exceptionnelle, si l’on pense que ne se cache ici aucun programme, idéologique, sociologique ou politique.

3Que veut cette Fondation ? Je crois qu’elle cherche à réunir les hommes et si nécessaire à les aider sous une forme ou une autre. La tolérance est ici un engagement, et c’est ce qui est le plus remarquable. Ce n’est peut-être pas par hasard si le centre de la Fondation est constitué d’un espace d’église sécularisé.

4Je dois dire qu’après avoir séjourné ici quelques jours pour la première fois en 1966, ma plus forte impression était la suivante : les gens ne correspondaient plus à leurs clichés professionnels. Je pris quelqu’un pour un peintre, alors qu’il était un neurochirurgien mondialement célèbre. Un autre me donna l’impression d’être écrivain, alors qu’il travaillait dans une fonderie. Un troisième m’apparut comme un sculpteur ; c’était en fait un jeune poète suisse et un enseignant. Ceci ne parle pas seulement pour ma connaissance défaillante des hommes, mais aussi pour un état – que j’aimerais presque qualifier de paradisiaque – où l’agneau broute paisiblement à côté du loup. Exprimé de façon plus modeste : cela indique un climat spirituel où le discours interdisciplinaire se produit de lui-même – donc un anti-Babel.

5Suite à cet aveu envers une institution qui n’a rien d’institutionnel ou d’établi en soi, il s’agit, me semble-t-il, de réfléchir au sens de ce que nous, compositeurs contemporains, entreprenons ces jours-ci à Boswil.

6Vous tous, qui avez accepté sans hésitation de venir ici, vous garantissez pour notre séminaire, par la diversité de vos personnalités créatrices, l’étendue et le rayonnement d’action de ce qui peut être compris aujourd’hui sous le terme de composition. Le choix des compositeurs présents en tant que collaborateurs semble être plus ou moins aléatoire. Nous ne représentons évidemment pas, et de loin, toutes les tendances, tous les courants ou même les différents styles individuels de notre époque. Nous avons été obligés de limiter les invitations pour ce premier séminaire, surtout en ce qui concerne les compositeurs suisses. Loin de nous l’intention de discriminer dans un sens quelconque : il est clair que si le cercle n’a pas pu être plus étendu, c’est pour des raisons pratiques.

  • 1 En français dans le texte. (N.D.T.)

7Mais ce que j’ai toujours envisagé et qui me semble maintenant important est que Boswil ne devienne pas le lieu où se répandrait un certain esprit sectaire, un esprit de chapelle1 ! À mon sens, les noms de nos hôtes étrangers montrent que notre position est assez nettement définie pour ne pas vouloir faire naître un groupe ou une tendance – au contraire. Nous aimerions apprendre à mieux connaître chacun des compositeurs comme un esprit créateur individuel et profiter de son enseignement. Qu’à l’avance, à chacun qui présentera ici une de ses œuvres, soit octroyé de la bonne foi envers sa propre quête et sa volonté créatrices !

8C’est pourquoi nous devons sincèrement tenter de saisir la chance qui fait que des compositeurs différents, dont les conceptions sont peut-être tout aussi différentes, exposent leurs pensées sur le pourquoi et le comment de leur art. Ceci pourrait permettre une confrontation dont la problématique dépasse de loin les débats habituels concernant la nouvelle musique.

  • 2 En français dans le texte. (N.D.T.)

9Il est extrêmement rare que les compositeurs s’expriment entre eux sur leur propre création en dehors de leur cercle intime d’amis ou de la sécurité plus ou moins grande de cet esprit de chapelle2 exclusif.

  • 3 En français dans le texte. (N.D.T.)

10On peut néanmoins sérieusement se poser la question s’il est d’une nécessité quelconque que des compositeurs échangent leurs opinions de façon corporative. Il y a ici des limites qui semblent imposées par le caractère spécifique de la création. Quiconque voulant rester lui-même créatif ne peut et ne doit tenter d’être exhaustivement informé sur tout ce qui se passe au niveau compositionnel à notre époque. En tant que compositeurs, nous avons tous des idées préconçues, nous devons en avoir pour pouvoir écrire ne serait-ce qu’une seule page. Les conséquences sont, du moins dans une situation publique, d’une part, que, le pluralisme et l’individualisme se voient attribuer une importance exagérée, et d’autre part, que, tout ce que l’acte créateur contient ne parvient en général à la conscience du public que de façon superficielle, comme une mode ou un dernier cri3

11J’aimerais avancer une thèse audacieuse : dans la mesure où nous gardons jalousement notre individualité, il nous manque justement la conscience que nous puisons tous, si différentes soient nos musiques, à la même source que tient à notre disposition le présent ; nos musiques montrent donc des traits communs beaucoup plus saillants que ce que nous observons généralement.

12Je présume qu’une confrontation vraie et sincère devrait révéler quelque chose de ce type sans que nous ayons à nous mettre d’accord sur un programme quelconque.

13Une seule condition me semble importante pour arriver à cela : que chacun de nous dise réellement ce qu’il pense.

14Il n’y a aucun sens à accepter une quelconque hiérarchie, ni d’après la célébrité d’un compositeur, ni d’après le prétendu caractère novateur de sa musique. C’est seulement dans cet esprit que je peux accepter de faire cette introduction en lieu et place d’un autre parmi vous. Nous devons absolument nous situer sur le même niveau dans la discussion, et j’espère que les auditeurs ne feront pas exception.

15Qu’il s’agisse de définir des valeurs ou de les délimiter, et de quelle manière, ceci se révélera en cours de route.

16Encore un mot envers nos auditeurs : en tant que compositeurs, nous n’avons pas l’intention de pontifier ici à Boswil. On n’y enseignera donc pas la composition. Il ne peut pas non plus s’agir d’un cours d’analyse proprement dit : chaque compositeur n’analyse que sa propre musique, par rapport à laquelle – ceci est inévitable – il ne peut avoir de position objective. L’occasion assez rare est ainsi donnée de comprendre ce qui préoccupe au plus haut point les compositeurs dans leur travail, de saisir ce qui leur paraît important et qui vaut pour eux la peine d’être souligné, si différents soient-ils. Et cela pourrait bien s’avérer plus captivant et plus excitant pour vous. Vous allez apprendre à connaître des convictions, et je pense que par ce biais, il est possible d’atteindre à une écoute plus intense de l’aventure en pleine effervescence qu’est la musique de notre temps.

17Durant cette semaine, nous n’entendrons la musique des compositeurs présents qu’à partir d’enregistrements. Il a donc paru d’autant plus important aux organisateurs que le séminaire se termine par des exécutions vivantes. J’aimerais donc déjà remercier cordialement la longue liste de musiciens de renom qui ont accepté, de façon tout à fait désintéressée, de contribuer au concert de samedi. Il me reste encore à remercier la Fondation et son infatigable président, Willy Hans Rösch. Je dois avouer que plus la date de notre séminaire approchait, plus je voyais s’amonceler les difficultés, ce qui m’a lourdement embarrassé. Je n’aurais jamais cru possible qu’un organisateur n’ayant absolument rien à gagner de cette entreprise expérimentale puisse éliminer les difficultés avec le rare optimisme qui consiste à croire à l’impossible. « Ne vous faites pas de souci », telle fut la réponse que je reçus continuellement.

18Et maintenant, nous sommes vraiment, presque tous, arrivés à Boswil. Je vous souhaite la bienvenue au séminaire international de compositeurs, que je déclare ainsi ouvert.

19Premier séminaire international de compositeurs de Boswil : Introduction, 1969. Première publication in Klaus Huber, Umgepflügte Zeit : Schriften und Gespräche, Cologne, Edition MusikTexte, 1999, p. 291-293.

Notes de fin

1 En français dans le texte. (N.D.T.)

2 En français dans le texte. (N.D.T.)

3 En français dans le texte. (N.D.T.)

© Éditions Contrechamps, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search