Version classiqueVersion mobile

Au nom des opprimés

 | 
Klaus Huber

Klaus Huber, Essais

Esthétique du fragmentaire

Annotations pour Umkehr – Im Licht sein (1997)

Traduction de Marc-Ariel Friedemann

Texte intégral

L’œuvre d’art, signe brisé du continuum ininterrompu1

  • 1 Ossip Mandelstam, Gespräch über Dante, Leipzig, Kiepenheuer, 1984. Entretien sur Dante, traduction (...)

1Il y a bientôt dix ans que je travaille sur Mandelstam, et je profite de chaque occasion pour réfléchir une fois encore, au niveau compositionnel, à son art et à sa survie exemplaire.

  • 2 Ralph Dutli, Postface à la traduction de Ossip Mandelstam : Schwarzerde : Gedichte aus den Woronos (...)

2Les quelques cent poèmes conçus lors de son exil de deux ans à Voronej sont exemplaires à tous égards. Ils ne doivent pas être lus seulement comme les documents d’une vie écorchée – ils résistent de façon imprévisible à la résignation, qui en fait leur avait été imposée depuis longtemps –, ils rendent comptent de l’essentiel, de ce qui est nécessaire à la vie. Le soc de la poésie permet, « de façon nouvelle, de faire sauter le temps, de progresser dans la profondeur, de se laisser pénétrer temporellement et spatialement par des couches lointaines.2 »

3Mandelstam est un miracle. Des fleurs poussent hors du tronc déjà abattu, même lors de ce dernier printemps à Voronej en 1937.

  • 3 Ossip E. Mandelstam : Simple promesse (choix de poèmes 1908-1937), traduits du russe par Philippe (...)
  • 4 Raph Dutli, op. cit.

4Dans ma pièce, les deux poèmes de Mandelstam ne sont pas « mis en musique ». J’essaie plutôt de faire résonner leur langage dans ma musique, de le laisser entrer en elle, de n’en toucher ni l’expression ni le sens, et de le préserver d’une « adaptation musicale ». Afin de pouvoir mieux accéder à cela, j’utilise, à côté de l’original russe – qui me paraît irremplaçable –, la très belle traduction française de Philippe Jaccottet3, proche du texte, et en plus – mais plus rarement – la traduction allemande de Ralph Dutli4.

5Dans ma façon de composer je tourne autour de plusieurs approches. L’orchestre n’accompagne pas le chant : il esquisse la musique qui accueille le chœur ainsi que la voix soliste, un peu comme s’ils étaient des invités. Ceci produit une « homophonie polyphonique » et une « polyphonie hétérogène ». Le monde sonore y est toujours un reflet à symétries multiples, qu’il prenne pour référence les tiers ou les sixièmes de ton, le maqâm arabe isfahan ou husayni, ou le simple équilibre enharmonique entre consonances et dissonances. En termes métrico-rythmiques, donc de temps, cette musique vit d’une pulsation constante et multiple, soit à partir de rapports de durées irrationnels, soit, en particulier dans la seconde partie du diptyque (épilogue), à partir de tempi multiples et flottants.

  • 5 Simple promesse, op. cit., p. 111. Traduction légèrement différente (« En m’enlevant les mers, et (...)
  • 6 Ralph Dutli, op. cit.

6Après l’exposition des quatre premières lignes (voix de femmes), j’insère d’autres citations de Mandelstam lui-même en guise de tropes, à partir d’un second poème écrit deux ans plus tôt, « En me privant des mers et de l’élan et de l’aile5 » (voix d’hommes). Ralph Dutli écrit : « Pourquoi la figure du poète recule-t-elle de façon si démonstrative en faveur de ces lèvres inlassablement remuantes, en faveur de l’organe de la poésie ? […] La création est ici déchargée de la volonté du poète […]. Ce qui est fondamental dans cette œuvre tardive est le désir de signifier le monde, d’être un morceau de monde.6 »

7Ce qui est central pour la composition est néanmoins le diptyque d’Ossip Mandelstam qui, dans la traduction de Jaccottet, se termine par un « simple promesse* » dépouillé – dernier grand poème d’un grand poète, écrit le 4 mai 1937.

  • 7 Ossip Mandelstam, Entretiens avec Dante, op. cit.

8J’ai plusieurs fois interrompu le grand arc de cette poésie par des insertions. Ce qui m’intéresse chez Mandelstam, c’est l’esthétique du fragmentaire. La poésie, l’œuvre d’art est pour lui un signe brisé dans le continuum ininterrompu du temps. « Le continuum ininterrompu exige à chaque instant une impulsion et une finalité qui seront à même d’être reprises, renouvelées7.» On pourrait peut-être aussi désigner cette approche de la façon suivante : ne pas arrêter d’arrêter…

9Le déploiement du diptyque sur toute la durée de ma musique accentue et relève ce qui est fragmentaire dans cette poésie.

  • 8 Elias Canetti, « Aufzeichnungen 1942-1972 », in Werke, tome 4, Munich, Hanser, 1993.
  • 9 Heiner Müller, « Bautzen oder Babylon », Sinn und Form 4, 1991, p. 664-665.

10Si j’insère des phrases du journal de Canetti8 datées du mois d’août 1945, et si je place, au milieu temporel de la pièce, proche du poète écorché et mis à mort, les phrases étonnantes de Max Frisch à propos de « l’éternité dans l’instant », avec leur niveau de langue étonnamment élevé, « ewig sein gewesen sein » [avoir été être éternel] (chez Frisch aussi, ce désir dévorant de signifier un morceau de monde), c’est pour affirmer ainsi ma ferme croyance en la survie de la poésie, de l’art et de la musique dans une période où l’on ne peut plus considérer que cela va de soi. Heiner Müller dit : « Les œuvres d’art sont la mémoire de l’humanité, et la mémoire présuppose la survie de l’espèce9.» (Pour les sociologues, bien plus de cinquante pour cent de la reproduction de musique mise sur le marché par les sociétés actuelles est faite de manière virtuelle, indirecte, digitalisée et toujours plus manipulée.)

11La nécessité du retour s’accomplit en retournant le présent à la charrue. La metanoia n’est pas le résultat d’une réflexion, mais elle « tombe verticalement, comme un éclair », dit le théologien Johann Baptist Metz. C’est précisément en ce sens qu’elle est aussi délivrance hors des étreintes de cette grande résignation qui assombrit la vie et, avec elle, l’art.

12Dans Umkehr – im Licht sein…, je me réfère conceptuellement à plusieurs travaux préparatoires, en particulier en ce qui concerne la transformation (musicale) de l’identique en un « autre », comme je l’ai mis en composition notamment en 1995 dans Metanoia pour orgue ou pour orgue, deux voix de garçons et trombone alto…

13La délivrance signifie méditation et résistance (Ernesto Cardenal, Dorothee Sölle).

14Ceci voudrait dire qu’il va de soi qu’on est capable de se défendre contre tout culte des idoles. Or, nous vivons une époque qui nous manipule en douceur mais massivement, non seulement afin que nous acceptions silencieusement, après la prétendue mort de toutes les idéologies, une seule idéologie, mais aussi afin d’aligner tous nos rapports vitaux uniquement sur elle : c’est l’idéologie totalitaire du soi-disant libre marché.

15Kurt Marti a reformulé les dix commandements de la Bible en fonction de cet état de faits. Il parle de la religion du marché et de son exigence d’infaillibilité globale.

16Au-dessus d’une musique qui sonde les profondeurs, je me permets d’ajouter à la surface une couche temporelle (version 2) qui traverse le prétendu confort et l’aspect soi-disant inoffensif de « l’espace musical intérieur » pour arracher le masque de l’esprit du temps, afin que son visage se présente dans toute sa banalité et son arrogance. L’auditeur a ainsi l’occasion de comparer les deux versions et d’interpréter à sa manière les paradoxes qui résultent de l’interaction entre « profondeur » et « surface ».

  • 10 Heiner Müller, ibid.

17Et encore selon Heiner Müller : « L’histoire s’est débarrassée du masque de la politique et arbore le visage de fer du marché ; et le quotidien redemande, avec Marx et Brecht : qu’est-ce qui arbore quoi ?10 ».

18La disparition de la réalité qui, à l’époque des multimédias, est de plus en plus remplacée par des réalités virtuelles, ne mène de façon paradoxale pas du tout à la liberté super-individuelle pour tous – selon la propagande –, mais à des potentiels de manipulation tout-puissants, comme semble déjà l’avoir imaginé Thomas Hobbes dans son Léviathan de 1651.

19La réification de l’être humain, et donc forcément aussi de son art, progresse irrésistiblement. Il ne nous reste que peu de temps.

  • 11 Martin Buber, « Gottesfinsternis, Betrachtungen zur Beziehung zwischen Religion und Philosophie », (...)

20Mais pour finir sur un brin d’espoir et de lumière, j’aimerais donner la parole à Martin Buber. Tenebrae lucis Dei. « Que voulons-nous dire quand nous parlons d’une éclipse de Dieu précisément maintenant ? Avec cette parabole, nous faisons la supposition monstrueuse que nous serions capables de regarder Dieu avec notre œil spirituel, ou plutôt notre œil essentiel, comme nous regardons le soleil avec notre œil corporel ; comme si, à la manière de ce qui s’interpose entre la terre et le soleil, pouvait s’interposer quelque chose entre notre existence et la sienne. » Et Buber conclut : « L’obscurité de la lumière divine n’est pas une extinction ; demain déjà, ce qui s’est interposé peut avoir disparu11 ».

Postscriptum à la deuxième version

  • 12 À ce propos, voir mon exposé « Hommage à Bach au XXe siècle ». Traduit dans ce volume.

21Il n’y a pas de référence directe à Bach dans ma pièce, alors que c’est souvent le cas dans mes œuvres12. Mais, en lien avec les « dix commandements de la religion du marché » de Kurt Marti, j’ai néanmoins cherché une analogie dans l’œuvre du cantor de Saint-Thomas. Je me suis demandé si Bach avait composé, dans l’une de ses cantates, quelque chose sur le thème : « Nul ne peut servir deux maîtres. […] Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon. » (Matthieu 6:24) ? C’est le rédacteur des programmes du Hessischer Rundfunk, Andreas Mahl, qui me donna la réponse : cela existe chez Bach, bien qu’avec des moyens extrêmement modestes qui n’auraient pas même su convaincre sa paroisse. Le texte proposé ne lui parlait peut-être pas : « Kann ich nur Jesum mir zum Freunde machen, so gilt der Mammon nichts, nichts, nichts ! bei mir » [Pour peu que je puisse faire de Jésus mon ami, alors Mammon ne vaut rien, rien, rien ! pour moi] (Cantate BWV 105 « Herr gehe nicht ins Gericht » [Seigneur, n’entre pas en jugement] », Leipzig, entre 1723 et 1727, aria pour ténor et cor obligé, auteur du texte inconnu). Je laisse la possibilité de faire jouer des citations transposées de la partie pour cor obligé de cette aria – ad libitum – derrière la scène.

22Texte du programme pour la création, le 12 octobre 1997 au Hessischer Rundfunk à Francfort sur le Main.

Quod est Pax ? – Vers la raison du cœur…, mesures 27-29

Notes

1 Ossip Mandelstam, Gespräch über Dante, Leipzig, Kiepenheuer, 1984. Entretien sur Dante, traduction Jean-Claude Schneider, Genève, La Dogana, 1989.

2 Ralph Dutli, Postface à la traduction de Ossip Mandelstam : Schwarzerde : Gedichte aus den Woronoscher Heften, Frankfurt am Main, Suhrkampf, 1984.

3 Ossip E. Mandelstam : Simple promesse (choix de poèmes 1908-1937), traduits du russe par Philippe Jaccottet, Louis Martinez, Jean-Claude Schneider, Genève, La Dogana, 1994.

4 Raph Dutli, op. cit.

5 Simple promesse, op. cit., p. 111. Traduction légèrement différente (« En m’enlevant les mers, et l’envol et l’élan ») dans Ossip Mandelstam : Les Cahiers de Voronej (1935-1937), traduits du russe par Henri Abril, Paris, Circé, 1999, p. 29.

6 Ralph Dutli, op. cit.

7 Ossip Mandelstam, Entretiens avec Dante, op. cit.

8 Elias Canetti, « Aufzeichnungen 1942-1972 », in Werke, tome 4, Munich, Hanser, 1993.

9 Heiner Müller, « Bautzen oder Babylon », Sinn und Form 4, 1991, p. 664-665.

10 Heiner Müller, ibid.

11 Martin Buber, « Gottesfinsternis, Betrachtungen zur Beziehung zwischen Religion und Philosophie », in Werke, tome 1, Münich, Kösel, 1962.

12 À ce propos, voir mon exposé « Hommage à Bach au XXe siècle ». Traduit dans ce volume.

Table des illustrations

Légende Quod est Pax ? – Vers la raison du cœur…, mesures 27-29
URL http://books.openedition.org/contrechamps/docannexe/image/531/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k

© Éditions Contrechamps, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search