Version classiqueVersion mobile

Au nom des opprimés

 | 
Klaus Huber

Klaus Huber, Essais

Libération et résistance

Sur la musique sacrée aujourd’hui

Traduction de Olivier Mannoni

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’une des questions les plus délicates aujourd’hui est sans doute celle de savoir ce qui est sacré. Si je pouvais donner une réponse, serait-elle valable aussi d’un point de vue oriental1 ? Vous étudiez ici, au Japon, dans une grande école liée aux traditions catholiques, et je pourrais malgré tout m’imaginer que vos réponses à une telle question feraient appel à des sources sensiblement différentes des miennes.

Dans l’ancienne Europe, aux commencements de notre musique, la question de la musique sacrée ne se posait pas : il était fondamentalement clair que toute la musique de l’Église chrétienne était de la musique sacrée. On ne pouvait en douter. Le débat portait sur la question de savoir comment une musique pouvait satisfaire à l’Évangile, dans le sens de l’« una sancta ecclesia ». Sur ce point, il n’existait déjà plus d’unanimité au Moyen Âge. L’Église avait des conceptions plus ou moins précises de la manière dont on devait créer une musique à la louange de Dieu, et la théologie...

© Éditions Contrechamps, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search