Version classiqueVersion mobile

Fixer la liberté ?

 | 
Wolfgang Rihm

Progrès

Texte intégral

Le progrès est par nature toujours ailleurs
Jamais là où l’on est sûr qu’il est
Au contraire de la régression ou du saut à côté
Ses trajets ne sont guère connus
Jamais il n’arrive quelque part ou resterait
Là où a déjà été quand
Ceux qui le poursuivent atteignent le lieu dont on disait
La veille encore qu’il y serait pour sûr
C’est l’homme le plus recherché

Certains cependant le connaissent de naguère
Et savent où il croise et traverse
Ils vont au devant de lui
Afin d’aplanir sa voie Ils forment
Une haie d’honneur ils jubilent et agitent les bras dans sa direction
Mais il ne vient pas
Et eux ne sont pas loin de se fâcher Mais au dernier moment
Quelque chose apparaît à l’horizon
On renouvelle les hourras et après un certain temps de hourras
Arrivent des personnages dont la figure
Ressemble comme deux gouttes d’eau
À ceux qui les accueillent
Ce sont eux-mêmes
En retard
Pleins de reproches
Pourquoi ne leur a-t-on pas aplani la voie
de façon plus efficace
Sans parler de toute cette poussière sur les routes

Dans les hourras qui diminuent peu à peu se dévisagent
Les connaisseurs qui attendent le progrès
Et les représentants du susdit qui viennent d’arriver
Et ils se reconnaissent
Du coup une fête est organisée Tout le monde
S’accouple Même les badauds et les gens du cru s’y mettent
On conçoit une nouvelle génération

Cependant le progrès absent divise le pays
Invisible il déchaîne euphories et phobies
Chaque faction reproche à l’autre son aveuglement
Aveuglée par soi aveuglée par l’ennemie
Elles se dénient tout futur
Des verdicts illisibles des mises au ban des papiers humides
Forment des remparts visibles au loin Armes
Étincelantes des jouets d’enfant tombent d’en haut
Sur les rangs serrés et prêts au combat
Des deux côtés on forme des patrouilles de reconnaissance
Les avant-gardes sillonnent le pays
Et toujours personne n’a repéré le progrès
On perce le brouillard on fouille l’air on
Cherche sous les lits Tout cela un peu à l’écart de la fête

Entretemps le progrès gagne sans peine
Des lieux qui lui étaient aussi inconnus qu’à nous-mêmes
Et qu’il quitte peu après sans avoir été reconnu
Si quelqu’un s’enquiert de lui : tout au plus
Lui parlerait-on de cet étranger habillé de façon un peu démodée
Qui hier – ou était-ce avant-hier – avait très gentiment
Loué à l’auberge la cuisine régionale après avoir pourtant
Commandé une boisson inconnue

1(25 mars 1998)

© Éditions Contrechamps, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search