Version classiqueVersion mobile

Fixer la liberté ?

 | 
Wolfgang Rihm

Postmoderne ? Postmodernité ?

Texte intégral

1La modernité comme propriété acquise n’existe pas. Ni aucun droit de fermage héréditaire sur l’avant-gardisme. De même, aucun droit sur une révolte significative ne naît d’une pure et simple négation de la dernière avancée en date.

2Toute modernité, toute avant-garde est ruinée surtout – si c’est le cas – quand ses adeptes se comportent trop sagement et obéissent au doigt et à l’œil. C’est seulement cet aveuglement de fonctionnaires routiniers qui suscite en retour une réaction efficace (donc destructrice). S’il existe aujourd’hui une « postmodernité » qui se proclame elle-même comme l’avant-garde actuelle, elle connaîtra le même sort. Il n’y a pas de regrets à avoir. J’ai pu suivre ces dernières années avec grand intérêt comment mes œuvres ont été tour à tour louées ou blâmées parce qu’elles étaient trop ou pas assez postmodernes, trop ou pas assez modernes, trop ou pas assez… Récemment on m’a même qualifié de « néomoderne ».

3Je soupçonne par conséquent que ces termes sont en vérité les fragments d’un code de communication qui circule entre personnes d’importance secondaire. Ce qui apparaît clairement, c’est la fonction de délestage : s’occuper d’un objet complexe, non figé – puisqu’il est vivant – peut s’effectuer d’une manière uniformisée et superficielle, ce qui veut dire que l’on peut s’éviter la confrontation avec lui et sans que personne ne le remarque tout d’abord ; en effet, la simple utilisation du mot « postmoderne » vous garantit déjà une présence dans le domaine de la réflexion actuelle. Hélas, il en garantit également le niveau : très faible.

4Pour un artiste, il est franchement indifférent si et dans quelle rubrique on va le classer. Son art n’en sera ni meilleur ni pire. Jamais un art de quelque importance n’est né de la conscience de pouvoir être rangé quelque part. Et même ce qu’un artiste pense de lui-même et de la place où il aimerait se situer est quelque chose de tout à fait marginal.

5Sur le coup, il est certes douloureux de voir comment l’attraction de ces notions à la mode peut infléchir les voies de la réception ; mais soyons sincères : tout cela ne nous coûte pas plus qu’un peu d’auto-commisération confortable.

6Le terme « postmoderne » fait partie de l’équipement des touristes randonneurs qui escaladent les massifs de l’art moderne. En son nom, ils arrachent les edelweiss, ils se photographient les uns les autres et attendent le coucher de soleil sur les Alpes. Ils ne soupçonnent rien de la chaleur enfouie dans la montagne ou du froid sur les cimes. Personne ne leur en veut, puisqu’ils repartiront demain. D’autres voyageurs sont à l’approche dans leurs wagons-lits et songent déjà à leur concept.

7(1991)

© Éditions Contrechamps, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search