Version classiqueVersion mobile

L'Atelier du compositeur

 | 
György Ligeti

IV. Commentaires sur les œuvres

Síppal, dobbal, nádihegedűvel

Traduction de Louise Duchesneau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sándor Weöres fut l’un des plus grands poètes hongrois. À la fois moderne, universel et expérimental, il exploita comme personne avant lui les possibilités et impossibilités rythmico-métriques et sémantiques de la langue hongroise. Profond et enjoué, élitaire et vulgaire, il était le Mozart hongrois. Dans ce cycle, j’ai utilisé sept poèmes ou fragments de poèmes dont le contenu contraste fortement. « Szajkó » (« Perruche »), qui semble n’être que du nonsense, est au contraire tout à fait intelligible. En revanche, « Tańcdal » (« Air de danse ») est pur jeu rythmique, mais le poème semble avoir un sens profond. « Kínai templom » (« Temple chinois ») évoque à l’aide de monosyllabes une langue chinoise imaginaire. « Kuli » (« Coolie ») est une critique sociale amère, « Fabula » (« Fable ») est grotesque-agressif, « Álma álma » (« Rêve »), une poésie expérimentale d’une douceur céleste. Quatre percussionnistes accompagnent la voix de mezzo-soprano. L’ensemble hongrois Amadinda m’avait d...

© Éditions Contrechamps, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search