Version classiqueVersion mobile

L'Atelier du compositeur

 | 
György Ligeti

IV. Commentaires sur les œuvres

Sonate pour alto solo

Traduction de Catherine Fourcassié

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Apparemment, l’alto n’est guère qu’un violon de grande taille, accordé simplement une quinte plus bas. En fait, il y a des mondes entre ces deux instruments. Ils ont trois cordes en commun, celles de la, et sol. La corde de mi confère à la sonorité du violon une brillance et un mordant métallique qui font défaut à l’alto. Le violon dirige, l’alto reste dans l’ombre. En revanche, grâce à sa corde de do, l’alto possède une âpreté étrange, compacte, un peu rauque, avec un arrière-goût de bois, de terre et de tanin. Deux œuvres de musique de chambre ont éveillé en moi depuis de nombreuses années déjà l’amour de la corde de do : dans le dernier quatuor à cordes de Schubert (en sol majeur) et dans le mouvement lent du quintette avec piano de Schumann, l’élégance sombre de l’alto passe au premier plan – et souvent aussi dans les œuvres pour orchestre de Berlioz. En 1990, lors d’un concert de la Radio Ouest-Allemande à Cologne, j’ai entendu Tabea Zimmermann jouer de l’alto : sa corde de ...

© Éditions Contrechamps, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search