Version classiqueVersion mobile

L'Atelier du compositeur

 | 
György Ligeti

IV. Commentaires sur les œuvres

Monument∙Selbstportrait∙Bewegung

Trois pièces pour deux pianos

Traduction de Pierre Michel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Technique pianistique

On joue exclusivement sur les touches, les données du clavier et des mains sont comprises dans la musique, comme chez Scarlatti, Schumann et Chopin (ceci uniquement d’un point de vue pianistique : ces pièces ont peu de choses en commun, stylistiquement, avec la musique pour piano traditionnelle, seule la troisième pièce présente quelques allusions au romantisme schumannien et brahmsien).

Dans Monument, la principale tâche technique est la différenciation des valeurs de dynamiques. Au début de cette pièce, il n’y a que deux niveaux d’intensité, ff et f, mais d’autres niveaux ou couches s’y ajoutent ultérieurement : mf, mp, p et pp. Ces couches dynamiques sont fixes, il n’y a ni crescendo, ni diminuendo, et elles sont présentes simultanément. Par exemple, le ff est couplé à deux hauteurs précises qui reviennent (ces hauteurs se modifient ensuite avec le temps, mais toujours de sorte que l’on puisse suivre le « cheminement » du ff), il en est de même pour le f, et a...

© Éditions Contrechamps, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search