Version classiqueVersion mobile

L'Atelier du compositeur

 | 
György Ligeti

IV. Commentaires sur les œuvres

Éjszaka et Reggel

Traduction de Catherine Fourcassié

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Éjszaka (Nuit) et Reggel (Matin) sont deux pièces en diptyque – elles constituent deux mouvements d’une composition conçue de façon unitaire – pour chœur mixte a cappella à cinq voix, et même à dix voix ou plus aux endroits où elles sont divisées, sur deux brefs poèmes du grand poète hongrois Sándor Weöres. J’ai composé ces pièces en 1955 à Budapest. Elles sont les dernières d’une série de plus de trente œuvres a cappella composées pendant les années où je vivais à Budapest, tout d’abord comme étudiant à l’Académie de musique, puis comme professeur d’écriture dans la même institution. Le contenu du texte se réfère pour ainsi dire à des « instantanés » d’atmosphères. Sándor Weöres a écrit des centaines de ces petits poèmes brefs comme des instantanés, des poèmes aux images concises, concentrées, très denses aussi sur le plan émotionnel. Dans le même temps, il met à profit le potentiel onomatopoétique de la langue hongroise. Dans Éjszaka, la nuit nous apparaît comme une jungle immense...

© Éditions Contrechamps, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search