Version classiqueVersion mobile

Musique et sentiment et autres essais

 | 
Charles Rosen

Tradition sans convention

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1.

Voici quelques années, alors que je travaillais un passage délicat du Concerto en si majeur K.450 de Mozart, je me suis aperçu que j’étais inconsciemment passé à l’exécution d’une phrase virtuose similaire issue d’un autre concerto en si, le dernier, K. 595 :

Exemple 1

Image 10000000000002A1000002B4F54AFD1544A3660B.jpg

Ces deux phrases sont typiques de l’écriture virtuose de Mozart dans cette tonalité. On en trouve encore des exemples dans le finale de la Sonate en si♭ K. 333 (un mouvement qui est d’ailleurs écrit comme un rondo concertant arrangé pour piano seul, mimant d’un bout à l’autre la relation du soliste à l’orchestre) :

Exemple 2

Image 10000000000002A800000161F9A0152676EB59DE.jpg

Et dans la Sonate pour piano et violon K. 454 :

Exemple 3

Image 10000000000002A2000001A4D68087A0EA9B18C1.jpg

Ces passages sont constitués des composants élémentaires de la tonalité : les disposer de la bonne façon requiert un certain métier, mais l’inventivité du matériau peut être tenue pour proche du degré zéro. Il est aisé de constater que n’importe lequel de ces passages pourrait être facilement remplacé par un autre, semblable, tiré d’une autre ...

© Éditions Contrechamps, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search