Version classiqueVersion mobile

Musique et sentiment et autres essais

 | 
Charles Rosen

Musique et sentiment et autres essais

IV. Le style d’ut mineur

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce n’est pas mon propos de suggérer quelque signification profonde ou d’ordre symbolique à attribuer au ton d’ut à la fin du XVIIIe siècle. Mais ut est fondamental pour des raisons techniques, à la fois parce que sa gamme est faite de toutes les touches blanches du clavier, sans altérations de dièses ou de bémols, et qu’elle est la note la plus grave du violoncelle, offrant par conséquent offre la possibilité de jouer sur la sonorité de la corde à vide dans de nombreuses situations d’écriture pour cordes. Il en va de même pour en raison de l’accord des instruments à cordes de l’orchestre (c’est d’ailleurs pour cela que tant de symphonies et d’opéras de cette époque sont en majeur). Ut mineur est aussi important en ceci que le cor, le cuivre prédominant à l’époque, était le plus souvent accordé en mi♭, rendant la tonalité d’ut mineur aisément praticable.

Quoi qu’il en soit, une tradition d’œuvres dramatiques en ut mineur, le plus souvent présentant un matériau initial de sentime...

© Éditions Contrechamps, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search