Version classiqueVersion mobile

Musique et sentiment et autres essais

 | 
Charles Rosen

Musique et sentiment et autres essais

II. Le sentiment pré-classique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Tout étudiant, ou du moins tout licencié en musicologie, est censé savoir que l’esthétique de l’unité de sentiment a dominé la musique du premier XVIIIe siècle, et continue même d’exercer son influence à travers certaines figures aussi tardives que Carl Philipp Emanuel Bach, jusqu’à la fin du siècle. Comme la plupart des généralisations en histoire de la musique, celle-ci appelle quelques nuances. Il y a au moins un genre de pièces où l’unité de sentiment n’avait pas cours, durant ce qu’il est convenu d’appeler le haut baroque, soit la période allant de 1680 à 1750. Il s’agit des pièces destinées à donner une impression d’improvisation, telles que la toccata ou la fantaisie, qui pouvaient librement combiner différents affects, souvent sous une forme fragmentaire. Les œuvres obéissant à une construction stricte, de leur côté, étaient soumises au principe d’un affect unique. Un système esthétique dominant n’a en général pas de prises sur ce qui est tenu pour être hors du canon admis, ...

© Éditions Contrechamps, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search