Version classiqueVersion mobile

L'Atelier du compositeur

 | 
György Ligeti

III. L'atelier du compositeur

Les effets de la musique électronique sur mon travail de composition

Traduction de Pierre Michel

Note de l’éditeur

« Auswirkungen der elektronischen Musik auf mein kompositorisches Schaffen »

Version rédigée d’une conférence librement improvisée, donnée par György Ligeti (à la place de la conférence de Max Bill « Gedanken zur audiovisuellen Kunst », annulée à la dernière minute) en octobre 1968 dans le cadre de la Semaine internationale de la musique expérimentale (organisée conjointement par l’Akademie der Künste et la Technische Universität de Berlin dans le cadre des Berliner Festwochen) à l’auditorium Maximum de la Technische Universität de Berlin. Première publication dans : « Experimentelle Musik », sous la direction de Fritz Winckel (« Schriftenreihe der Akademie der Künste », Band 7), Berlin, 1970, p. 73-80. Traduit par Pierre Michel.

Contrairement à beaucoup d’autres textes, celui-ci ne fut quasiment pas modifié pour l’édition allemande des Gesammelte Schriften. (N.D.T.)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je dois dire franchement que je n’ai pas travaillé dans un studio de musique électronique durant ces dix dernières années, et que je ne peux donc pas présenter de nouvelles pièces. D’ailleurs, je n’ai réalisé qu’une pièce valable ayant pour ainsi dire passé ma propre censure : c’est Artikulation. Elle fut composée au début de l’année 1958 et réalisée au studio de musique électronique de la Westdeutsche Rundfunk de Cologne. J’avais réalisé auparavant, en 1957, une autre pièce de musique électronique au studio de Cologne : c’était Glissandi, dont je n’ai cependant pas autorisé la diffusion. La pièce est vraiment mauvaise. Elle se trouve également aux archives de la Westdeutsche Rundfunk. Une troisième pièce, dont il existe une partition achevée, date de la fin de l’année 1957, mais n’a pas encore été réalisée sur le plan sonore. Vous le voyez, je ne suis donc pas un vrai compositeur de musique électronique ; en revanche, les expériences au studio de musique électronique eurent une gra...

© Éditions Contrechamps, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search