Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

Trois Volkslieder (1928), Verbundenheit (1929), Dreimal Tausand Jahre (1949): Mutations de la technique sérielle

7.2 Solitude du compositeur au sein du monde juif

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un second aspect de la relation de Schönberg à la communauté juive doit être mentionné ici, qui a trait, non plus à la vision politique, mais à son propre vécu personnel d’artiste. Ses écrits, et surtout sa correspondance abondent en propos manifestant un vif désappointement face au peu de reconnaissance, et d’intérêt pour sa musique, qu’il rencontrait de la part des Juifs en général, et des musiciens juifs en particulier. Dans sa lettre à Einstein déjà, il met en avant la « haine » que lui vouent dans le monde musical allemand, unis pour la circonstance, « les Juifs et les porteurs de croix gammées patentés (die zuständigen Hakenkreuzler) »179. Durant toute son existence, il regrettera de n’être apprécié en tant que compositeur, d’une façon générale, que par un public très restreint, composé en bonne partie de ses amis et de ses disciples180. Ce sentiment s’exprime jusque dans la lettre de remerciement qu’il adressa en septembre 1949 à tous ceux qui lui avaient envoyé leurs vœux po...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search