Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

Trois Volkslieder (1928), Verbundenheit (1929), Dreimal Tausand Jahre (1949): Mutations de la technique sérielle

7.1 Incidences sur l’œuvre du rapport au sionisme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Autant il est aisé de mettre en relation avec le sujet du poème, dans Dreimal tausend Jahre, le recours à la figure du palindrome, autant le fait que les réminiscences tonales, quoique fortement suggérées, soient, tout au long de la pièce, fondues dans une sorte de demi-teinte, comme devinées derrière un voile, et que vienne la conclure, de surcroît, un accord résolument « dissonant » – quelle que puisse être sa plénitude sonore156 –, a quelque chose de surprenant eu égard à la teneur du texte mis en musique. La tonalité feutrée du poème lui-même n’appelait pas, il est vrai, cette composition de caractère hymnique que Schönberg eut un moment à l’esprit pour « saluer » la création de l’État d’Israël, comme le révèle sa lettre à Torberg du 4 mars 1949 : une pièce, écrivait-il, « je ne sais si ce devrait être un hymne ou quelque chose de semblable », qui serait « appropriée à ce but de célébration »157. La fin de la lettre témoigne, au demeurant, d’une hésitation, née peut-être de la c...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search