Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

Trois Volkslieder (1928), Verbundenheit (1929), Dreimal Tausand Jahre (1949): Mutations de la technique sérielle

6.4 Dreimal tausend Jahre (4) : la mise en musique du 3e distique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’agencement du second volet obéit à une logique toute différente. L’intention est ici de donner un maximum de résonance aux tout derniers mots du poème, où est nommé l’événement qui lui donne son véritable sens : « le retour de Dieu » (Gottes Wiederkehr). Le premier vers du distique est, lui, chanté tout entier dès les deux premières mesures, dont la physionomie tranche de façon marquée sur tout ce qui précède. L’évocation des sons que l’on entend venir des montagnes – » Und man hört es klingen leise von den Bergen her » – donne lieu en effet à une profonde reconfiguration de la texture musicale, tenant au fait que les deux strates formées, une nouvelle fois, par les voix de femmes et les voix d’hommes ont ici un mode de présence sonore radicalement différent [exemple 40]. Dans les voix d’hommes, d’un côté, se met en place un strict canon par mouvement contraire (procédé auquel avait évité de recourir jusque-là le compositeur), déroulant les 1ers hexacordes respectifs de I0 et de P...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search