Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

Trois Volkslieder (1928), Verbundenheit (1929), Dreimal Tausand Jahre (1949): Mutations de la technique sérielle

6.3 Dreimal tausend Jahre (3) : l’articulation interne du 1er volet (distiques 1 et 2)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si brève que soit la pièce, Schönberg s’attache à en indivualiser nettement les parties par une différenciation interne de la texture. Dans le 1er volet (A, mes. 1-12), qui réunit les deux premiers distiques, il met à profit l’opposition entre les deux modes d’organisation du discours musical que, dans son enseignement, il avait coutume de qualifier, respectivement, de fest (solidement structuré) et de locker (de construction lâche)140. La « période » initiale (A1), avec ses deux membres de phrase parfaitement balancés – et, ici, clos tous deux sur eux-mêmes – illustre on ne peut mieux le premier type d’agencement, tandis que A2 renvoie clairement à l’autre modèle, celui d’une lockere Formung : les deux vers y sont traités très librement, à l’opposé de toute forme de carrure [exemple 36]. Le premier vers – » Und ihr Jordanwellen, silbern Wüstenband » – est mis en musique, dans les voix de femmes, sous la forme d’un contrepoint à deux voix, où sont combinées pour la première fois les...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search