Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

Trois Volkslieder (1928), Verbundenheit (1929), Dreimal Tausand Jahre (1949): Mutations de la technique sérielle

6.2 Dreimal tausend Jahre (2) : enjeux musicaux liés à la construction de la série

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si l’on compare Dreimal tausend Jahre avec les Quatre Pièces pour chœur mixte de 1925 et Verbundenheit, on est frappé avant tout par la liberté de l’agencement formel, et par le maniement très souple de la série. Comme Verbundenheit, la pièce s’articule en deux parties égales, avec un point d’orgue à la fin de A ; chacun de ces deux volets, notons-le, comporte ici douze mesures : qu’au nombre 12 s’attache une valeur particulière, l’indique le fait que, dans le manuscrit, la dernière mesure (l’accord tenu surmonté d’un point d’orgue) n’est pas numérotée (25), mais considérée comme une simple extension de la précédente (à cela s’ajoute que Schönberg, dans la numérotation des mesures, évite le chiffre 13, ce qui fait qu’à la mes. 12 succède une mes. 12a)132. Au sein de cet apparent équilibre, toutefois, règne une profonde asymétrie, les trois distiques étant traités de façon très différente : la partie B, caractérisée par un tempo « un peu moins rapide », est en effet vouée tout entièr...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search