Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

Trois Volkslieder (1928), Verbundenheit (1929), Dreimal Tausand Jahre (1949): Mutations de la technique sérielle

6.1 Dreimal tausend Jahre (1) : le poème de Runes et l’idée d’un « don à Israël »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si la composition des Trois Chants populaires de 1928 et celle des Six Pièces pour chœur d’hommes op. 35 ont pour origine des commandes étroitement liées à l’essor du chant choral dans la République de Weimar, la nouvelle pièce pour chœur mixte a cappella que Schönberg écrivit en 1949, Dreimal tausend Jahre – l’avant-dernière partition qu’il ait pu terminer –, s’inscrit dans un tout autre contexte, à la fois sur le plan musical et sur le plan personnel. Il y met en musique un poème de Dagobert David Runes, philosophe et écrivain originaire de Bucovine, exilé lui aussi aux États-Unis, avec qui il était en contact depuis plusieurs années au sujet de la publication d’une version anglaise de son Traité d’harmonie : Runes, qui avait fondé en 1941 la Philosophical Library (destinée à faire connaître les écrits des intellectuels européens qu’il jugeait particulièrement importants), avait en effet intégré cet ouvrage dans son programme éditorial, et, une fois ce projet mené à son terme en 1...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search