Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

Trois Volkslieder (1928), Verbundenheit (1929), Dreimal Tausand Jahre (1949): Mutations de la technique sérielle

5.2 Verbundenheit (2) : « ces mystérieux accords parfaits »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ces dernières remarques nous ramènent à la question de l’axe de symétrie, et du choix effectué à cet égard par Schönberg. Sa finalité première était, à l’évidence, de faire jouer un rôle central, dans la pièce, à la triade majeure/mineure de  : la dyade { la}, en effet, reste en place dans l’inversion, et la dyade axiale fa♮-fa♯, en son centre, permet de faire correspondre à toute triade majeure de A, dans B, une triade mineure, et vice versa99. Ainsi, la triade mineure à laquelle aboutit A2 (mes. 6) se renverse-t-elle en triade majeure à la fin de C2 (mes. 24), et l’idée du compositeur a manifestement été dès le départ de boucler la pièce en inversant la relation à la fin de A’2 et de C’2 (mes. 18 et mes. 36) : la 1re strophe se clôt sur l’accord parfait majeur, la 2de sur l’accord parfait mineur de . Le rôle central de cette double triade ne fait pas de Verbundenheit une pièce en (majeur ou mineur) : simplement, sa présence en plusieurs endroits clés matérialise dans la c...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search