Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

Trois Volkslieder (1928), Verbundenheit (1929), Dreimal Tausand Jahre (1949): Mutations de la technique sérielle

5.1 Verbundenheit (1) : échelle dodécatonique et diatonisme modal

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 5 septembre 1928, soit quelques mois après avoir été sollicité par la Staatliche Kommission für das Volksliederbuch, Schönberg reçut une autre commande similaire : c’était, cette fois, le président du Deutscher Arbeiter-Sängerbund, Alfred Guttmann, qui lui proposait de contribuer à un vaste recueil de compositions pour chœur d’hommes destinées à enrichir le répertoire de cette « Union chorale » alors en plein essor. Un premier chœur, Glück (sur un texte du compositeur), non dodécaphonique, fut achevé le 15 mars 1929, et publié en mai dans le recueil de Chœurs d’hommes a cappella édité par Guttmann. Schönberg entreprit alors la composition d’un cycle de six pièces83, où allait s’insérer celle qu’il avait déjà écrite : il rédigea très rapidement, le 16 avril, le texte des cinq autres chœurs, et termina le 19 la partition d’une deuxième pièce, Verbundenheit, qui était destinée à conclure l’ensemble84 ; les quatre chœurs restants furent composés entre le 19 février et le 9 mars 1930,...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search