Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

Trois Volkslieder (1928), Verbundenheit (1929), Dreimal Tausand Jahre (1949): Mutations de la technique sérielle

4.2 Es gingen zwei gespielen gut (2) : « forme variations » et dramaturgie interne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Es gingen zwei Gespielen gut a été conçu par Schönberg comme une « forme variations » (Variationenform), dans laquelle chacune des six strophes est traitée de manière spécifique57. Ce qui différencie entre eux les six volets est avant tout la relation qui s’établit entre les voix au sein de la polyphonie – il n’est que de comparer, de ce point de vue, les strophes 1 et 6 : dans la première, la mélodie, qui est exposée de façon nue, donne lieu, dans les autres voix, à des imitations plus ou moins libres et presque toujours indépendantes les unes des autres ; la sixième et dernière strophe, à l’inverse, revêt la forme d’un double canon tout à fait rigoureux, où, nous l’avons vu, le couple sopranos (dux) / altos (comes, à la quarte inférieure) est lui-même imité, une octave plus bas, par les voix d’hommes [exemple 14]. Mais le contraste est absolu aussi entre la présentation initiale de la mélodie, caractérisée – conformément au texte originel – par un chant presque entièrement syllabi...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search