Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

Trois Volkslieder (1928), Verbundenheit (1929), Dreimal Tausand Jahre (1949): Mutations de la technique sérielle

4.1  Es gingen zwei gespielen gut (1) : une autre variante de la technique sérielle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’importance dévolue à la modalité, et le rapport privilégié que celle-ci entretient avec l’idéal contrapuntique, sont plus sensibles encore dans Es gingen zwei Gespielen gut, celui des trois chants populaires dont Schönberg avait commencé la rédaction dès la réception du courrier de Lütge en mai 1928. Alors que la mélodie d’origine est inscrite dans le mode de la (ou, si l’on veut, dans la gamme de mi mineur)41, Schönberg tend à donner la priorité, dans sa propre composition, à la couleur, éminemment caractéristique, du mode dorien – choix qu’indique clairement l’armure de deux dièses à la clef. Cette couleur modale est mise en avant, d’entrée de jeu, par le déploiement dans les voix d’hommes du segment de tons entiers ‹do si la sol♮› (x), où attire surtout l’attention le do♯ attaqué par les ténors, auquel n’est pas préparé l’auditeur : intéressant exemple d’incipit in medias res42 [exemple 8].

Exemple 8. Es gingen zwei Gespielen gut (version 1928), mes. 1-3, configurations modales...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search