Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

Trois Volkslieder (1928), Verbundenheit (1929), Dreimal Tausand Jahre (1949): Mutations de la technique sérielle

3. Musique ancienne et musique actuelle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une note manuscrite de Schönberg intitulée « Ancien et nouveau contrepoint » (Alter und neuer Kontrapunkt), exactement contemporaine de la composition des Chants populaires (elle est datée du 10 juin 1928), jette une lumière intéressante sur la réflexion théorique qui a pu sous-tendre le type d’écriture illustré par la dernière strophe de Schein uns, du liebe Sonne. Y est exposée l’idée que dans la polyphonie de la Renaissance comme dans la musique post-tonale la conduite des voix n’est soumise, au sein du tissu contrapuntique, à aucune contrainte inhérente à la structure même des accords, et découlant de règles propres à une syntaxe préexistante (en l’occurrence celle de l’idiome tonal) :

On peut formuler ainsi le but ultime de tout savoir contrapuntique dans la musique ancienne (probablement aussi chez les Néerlandais) : écrire des voix telles que, quels que soient les registres où on les met en relation entre elles, en résultent des accords « intelligibles » („auffassbare“ Zusamme...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search