Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

Trois Volkslieder (1928), Verbundenheit (1929), Dreimal Tausand Jahre (1949): Mutations de la technique sérielle

2.1 Schein uns, du liebe Sonne (1) : technique sérielle et matériau diatonique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans un texte de 1963 intitulé « Sur quelques travaux d’Arnold Schönberg », dont un développement est consacré aux deux cahiers de Volkslieder écrits par le compositeur à l’intention du Recueil de chants populaires pour la jeunesse – les trois chœurs auxquels sont venus s’ajouter quatre lieder pour voix et piano –, Adorno a souligné l’« exceptionnelle densité » des liens qui se tissent sur le plan motivique dès le début de Schein uns, du liebe Sonne :

Le cantus firmus, la mélodie préalablement donnée, se trouve durant la première strophe dans la partie de ténor. Le contrepoint des sopranos est aussitôt imité dans la deuxième mesure, tandis que la basse est, dans les deux premières mesures, l’augmentation du motif de tête de ce contrepoint.11

On pourrait ajouter qu’à la mes. 4 la ligne des sopranos imite, en l’inversant, le début du cantus firmus des ténors (dont elle conserve le rythme) : ‹fa sol la do la› devient ‹fa mi si12 (mes. 4). Ces remarques ne lèvent cependant qu’un ...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search