Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

Trois Volkslieder (1928), Verbundenheit (1929), Dreimal Tausand Jahre (1949): Mutations de la technique sérielle

2.2 Schein uns, du liebe Sonne (2) : modalité et tonalité (déconstruite/Reconstruite)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’un des aspects les plus fascinants des Chants populaires pour chœur a cappella de 1928, et de Schein uns, du liebe Sonne en particulier, est la façon dont Schönberg y aborde la question de l’harmonie. Adorno fait, sur ce point encore, des remarques éclairantes :

Harmoniquement, et surtout dans le traitement de la dissonance non préparée, l’écriture va pour le moins aussi loin que Bach, mais l’effet produit, en l’absence de tout archaïsme, évoque, conformément aux modèles proposés, un passé plus ancien. Cela tient peut-être à ce que, du point de vue du compositeur Schönberg – celui d’une écriture post-tonale –, le discours musical n’est plus du tout pensé selon le schéma de la basse chiffrée (generalbaßmäßig), mais reste, sur le plan harmonique, flottant (schwebend) ; les différentes voix sont si indépendantes que l’on n’a plus guère le sentiment d’un fondement (Fundamentsgefühl), pas plus que ce sentiment n’existait dans la musique savante de la fin du Moyen Âge.20

Plus haut déjà da...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search