Version classiqueVersion mobile

L'Atelier du compositeur

 | 
György Ligeti

II. Regards critiques vers le passé et l'avenir

Lettre ouverte

György Ligeti
Traduction de Catherine Fourcassié

Note de l’éditeur

« Offener Brief »

Lettre ouverte à Walter Jens, président de l’Académie des Arts de Berlin-Ouest et au Sénat de Berlin du 6 février 1992. Publié pour la première fois dans le quotidien : Frankfurter Allgemeine Zeitung, n° 32 (7 février 1992), p. 33. Cf. le commentaire de Thomas Rietzschel, « Fragwürdig. Die Einheit der Akademie », ibid., p. 35. Une interview à ce sujet (Entretien avec Barbara M. Henke pour la Hessische Rundfunk de Francfort le 7 février 1992) est parue sous le titre « Protest gegen den Putsch. György Ligeti verläßt die West-Berliner Akademie der Künste » dans : Neue Zeitschrift für Musik, 153 (1992), n° 3, p. 3-4. Traduit par Catherine Fourcassié.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

J’ai appris tout à fait par hasard, dans un article de journal, que l’Académie des Arts de Berlin a décidé d’admettre en bloc les membres de l’Académie de Berlin-Est. Cette démarche est illégale, je proteste contre elle avec véhémence. Quelle était cette réunion extraordinaire à laquelle on n’a pas invité tous les membres mais seulement une partie, apparemment, et comment se fait-il qu’une telle partie puisse prendre une décision aussi grave au nom de l’ensemble de l’Académie ? Un tel procédé est un putsch. Il y a certainement parmi les membres de l’Académie de l’Est d’excellents artistes qui sont aussi intègres humainement. Même si quelques fonctionnaires culturels ont démissionné à l’avance, il est inévitable avec une telle cooptation en bloc que l’on admette automatiquement des personnalités inacceptables. De manière générale, sans modification des statuts, une admission collective est illégale.

L’Académie des Arts de l’Est était une institution représentative de l’État de non-dro...

© Éditions Contrechamps, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search