Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

Der Wunsch des Liebhabers, ou : L'alliance paradoxale du pentatonisme et de l'antonalité

6.2  Du sollst nicht, du mußt : un nouvel équilibre entre polyphonie et harmonie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

On peut, dans le cadre de ce travail, faire l’économie d’une étude détaillée du deuxième chœur, Du sollst nicht, du mußt, que Schönberg a commencé en même temps que le troisième mais terminé après lui (le jour suivant)76, et qui, à l’évidence, répond à un besoin d’équilibre au sein du recueil : en raison de sa brièveté mais aussi de la nature du texte qui y est mis en musique, Unentrinnbar avait besoin d’un double, fût-il lui-même conçu de manière spécifique. Les quatre chœurs de l’opus 27, de fait, s’articulent en trois volets : celui que forment les deux premières pièces, brèves et au tempo rapide (dans les deux cas, la noire à 120) – Adorno parle, à leur propos, de « maximes musicales » (Spruchkompositionen)77 –, le « mouvement lent » constitué par Mond und Menschen78, et le « finale » de forme strophique, renvoyant au modèle du « thème avec variations ». Quelques remarques s’imposent néanmoins, concernant la série utilisée dans la pièce, la spécificité du dispositif dans lequel ...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search