Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

Der Wunsch des Liebhabers, ou : L'alliance paradoxale du pentatonisme et de l'antonalité

5. Canon final et coda instrumentale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Adorno notait en 1928, à propos du dernier des Chœurs op. 27, qu’il se déroulait de façon fluide, sans aucune césure, et se singularisait ainsi dans la production de Schönberg par le fait qu’il renonce à ce qui est d’ordinaire un agent déterminant de la forme : la présence de « caractères contrastants »53. Schönberg use pourtant d’un procédé de cette nature pour donner à la coda de la pièce sa physionomie propre. Le contraste, il est vrai peu prononcé, se situe sur le plan du type d’écriture employé pour le chœur : la reprise in fine du premier vers – « Süßes Mondlicht auf den Pflaumenbäumen ! » – donne lieu en effet à un bref canon dans lequel les quatre parties ont toutes, pour la première fois, le statut de voix mélodiques ; seuls y sont présents les pentacordes (α, β, α’ et β’), les deux notes centrales de la série (γ et γ’) n’apparaissent pas [exemple 26]. En même temps, la hiérarchie qui était établie entre ces voix à l’intérieur des cinq strophes est implicitement maintenue :...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search