Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

Der Wunsch des Liebhabers, ou : L'alliance paradoxale du pentatonisme et de l'antonalité

3. La forme strophique : variations sur un même agencement

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Deux pages d’esquisses, les Ms. 549 et 550, montrent qu’après avoir mis au point la série Schönberg a commencé par rédiger le texte de la voix principale tel qu’il se déroule, passant d’un pupitre à l’autre, au fil des cinq strophes, jusqu’au canon où est chantée la reprise du vers initial32. Un relevé des suites de pentacordes qui y sont mises en place fait apparaître deux règles d’agencement [tableau 1].

Tableau 1. Der Wunsch des Liebhabers, succession des pentacordes (voix principale)

Image 10000000000001D00000014285F7E25F30FDB466.jpg

D’une part, la logique qui vient d’être décrite pour la 1re strophe vaut pour toute la pièce : toutes les unités (à l’exception de la dernière unité de la 3e strophe, sur laquelle nous reviendrons) consistent en un couple de type P/RI, et dans chaque strophe alternent des couples de pentacordes α et β ; dans les trois strophes centrales, un pentacorde isolé, rendu nécessaire par la longueur du texte, complète la ligne33. D’autre part, si un même couple de pentacordes peut très bien apparaître plusieur...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search