Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

Der Wunsch des Liebhabers, ou : L'alliance paradoxale du pentatonisme et de l'antonalité

2.2 Symétries et « trompe-l’oreille » (analyse de la strophe I)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’agencement finalement retenu par Schönberg, dans lequel les quatre segments de cinq notes présentent de fortes similitudes entre eux sans être identiques, a le double avantage d’assurer le surcroît d’unité recherché au sein même de la série, tout en permettant une différenciation des énoncés musicaux dans lesquels celle-ci se concrétise. C’est là, nous allons le voir, le ressort intime de toute la pièce. Dès l’entrée du chœur, un rôle déterminant est dévolu, comme dans l’introduction instrumentale, à la relation P/ : ainsi, l’articulation interne de l’unité correspondant au premier vers (mes. 3-5) est réalisée par le couplage des formes P1 (dans A1) et RI6 (dans A2) : à β s’enchaîne dans la voix de soprano le rétrograde de β’, à α, dans la voix de basse, le rétrograde de α’ ; en d’autres termes, chaque voix est en elle-même RI-symmetrical [exemple 9]. Ce même dispositif, mettant en jeu une double symétrie (axe de symétrie horizontal pour la relation P/I, vertical pour la relation ...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search