Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

La Main heureuse, ou : « Voilà comment on fait les bijoux ! »

7. La polyphonie chorale des mes. 224-240

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La longue séquence polyphonique qui constitue la seconde partie de la scène finale (avant la coda) s’articule elle-même en quatre grandes unités, suivant la progression du texte :

Was aber in dir ist und um dich, wo du auch seist! (mes. 224-229)

Fühlst du dich nicht ? Hörst du dich nicht ? (mes. 230-233)

Fassest nur, was du greifst ! Fühlst du nur, was du berührst, (mes. 234-237)

Deine Wunden erst an deinem Fleisch, deine Schmerzen erst an deinem Körper? (mes. 237-240)

[deine Freude nicht an deiner Seele ! (mes. 239-242)]152

Cette suite de questions et d’exclamations prolonge et développe la dernière phrase du chœur parlé qui précède (mes. 222-223) : « Tu cherches à saisir ce qui ne peut que t’échapper quand tu le tiens » (Suchst zu packen, was dir nur entschlüpfen kann, wenn du’s hälst). Les voix – dans lesquelles se projette la conscience même de l’artiste153 – y insistent sur la richesse de ce que l’Homme possède intérieurement, mais qu’il ne « sent » ni n’« entend » en lui, tout occup...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search