Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

La Main heureuse, ou : « Voilà comment on fait les bijoux ! »

6. le chœur final : des premières esquisses à la mise en place du tissu orchestral

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Rapportant un propos de Berg qui, « non sans fierté », parlait de la dernière de ses Trois Pièces pour orchestre, la « Marche », comme de « la partition la plus complexe qui ait jamais été écrite », Adorno ajoute : « Il n’y a guère, parmi les œuvres de la même époque, que La Main heureuse de Schönberg qui puisse lui être comparée pour la complexité.135 » Au sein même de l’œuvre, c’est, de ce point de vue, la seconde partie de la dernière scène qui assurément fascine le plus, du fait de la richesse du tissu orchestral dans lequel est enchâssée la polyphonie, déjà très dense en elle-même, des douze voix solistes. Dans le souvenir de Schönberg, on l’a vu, ces pages comptaient parmi celles qui, durant sa vie de compositeur, lui avaient coûté le plus de peine136. Témoigne de ces difficultés le nombre particulièrement élevé de documents de genèse (brouillons et esquisses) qui se rapportent au tout début de la séquence137. Seule l’écriture des voix orchestrales, toutefois, s’est révélée dé...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search