Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

La Main heureuse, ou : « Voilà comment on fait les bijoux ! »

3.3 L’accord de douze notes (Hammerschlag)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Reste à s’intéresser à ce qui est, sur le plan dramatique, l’événement majeur : le coup de marteau lui-même (Hammerschlag, mes. 115 – à partir d’ici γ). Il est figuré musicalement par un accord qui comporte, lui, les douze notes du total chromatique (pas une de plus, pas une de moins) [exemple 15a]. Le rapprocher, à ce seul motif, de celui de l’esquisse CV 7r, comme le fait Auner76, n’est guère convaincant, pour diverses raisons : d’abord, l’accord β a la valeur d’une ronde – alors que le coup de marteau, nécessairement bref et sec, est noté sous la forme d’une croche –, ensuite les nuances sont diamétralement opposées : pp dans un cas, fff dans l’autre ; l’instrumentation elle aussi diffère : si les bois sont prédominants dans l’accord β, le Hammerschlag est joué par les seuls cuivres et la percussion (timbales, marteau, grosse caisse et cymbales)77. Enfin, les deux accords n’ont pas du tout la même structure, car γ se construit, pour l’essentiel, à partir de l’intervalle de tierce...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search