Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

La Main heureuse, ou : « Voilà comment on fait les bijoux ! »

3.1 Le manuscrit 2450 et l’accord α

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La genèse de La Main heureuse est documentée par un grand nombre d’esquisses et de travaux préparatoires, dont l’existence même atteste que Schönberg a travaillé autrement, pour cette œuvre, qu’il ne l’avait fait pour les précédentes – le Livre des jardins suspendus, les Cinq Pièces pour orchestre et Erwartung –, écrites rapidement, sans qu’un riche avant-texte eût été nécessaire41. Les documents, conservés à l’Arnold Schönberg Center de Vienne, se partagent en deux groupes : cinq pages de brèves notations musicales incluses dans un tapuscrit du livret portant le titre de Compositions Vorlage (à partir d’ici CV) et onze feuillets – simples ou doubles – indépendants (Ms. 2432 à 2450)42. Bien qu’aucune des esquisses ne soit datée, il est possible d’identifier, plus ou moins précisément, les phases de la rédaction auxquelles elles appartiennent. Le témoin le plus significatif de la phase initiale (septembre 1910) est sans nul doute un brouillon du début de l’œuvre (Ms. 2450) : six mesu...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search