Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

La Main heureuse, ou : « Voilà comment on fait les bijoux ! »

2. L’idéal de la création incarné par l’Homme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si la lente et difficile gestation de La Main heureuse retient tout particulièrement l’attention, c’est d’abord parce qu’elle est en contradiction avec l’image du créateur que Schönberg façonne précisément dans l’œuvre. La question de la création artistique est, en effet, au centre du livret. Le décor de la 3e scène montre, au sein d’un paysage rocheux stylisé, une grotte – à mi-chemin, précise la didascalie, entre l’atelier de mécanique et l’atelier d’orfèvrerie –, où travaillent plusieurs ouvriers. Au centre du local se dresse une enclume, dont s’approche, après avoir observé la scène, le protagoniste du drame – « L’Homme ». Voici comment est décrite l’action qui suit :

Une idée semble naître en lui ; il respire lourdement. Puis il s’éclaire, devient plus enjoué, et dit avec calme et simplicité (schlicht) : « On peut faire cela plus simplement ! » Il marche jusqu’à l’enclume, […] prend un morceau d’or qui se trouve sur le sol, le pose sur l’enclume et, de sa main droite, saisit le ...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search