Version classiqueVersion mobile

Musique visible

 | 
Dieter Schnebel

Tradition et avant-garde

Le son corporel

À propos d’Edgard Varèse et de sa musique

Traduction de Marie-Ange Maillet

Note de l’éditeur

Texte paru pour la première fois sous le titre « Der Körperliche Klang. Zu Edgard Varèse und seiner Musik », in Musik Konzepte 6, Munich, 1983.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Lorsque l’on écoute pour la première fois la musique d’Edgard Varèse, on est tout autant consterné que fasciné par la corporalité du son (Klang) qui est le sien. Ce qu’est le son, à savoir de l’air en vibration, devient, dans la musique de Varèse, quelque chose dont on peut faire l’expérience de manière pour ainsi dire corporelle : non seulement on entend ses oscillations, mais on les ressent à même la peau, de sorte que ce qu’il faudrait, c’est écouter cette musique en étant nu, pour en accueillir les résonances autant que possible par tous les pores ; pour se plonger dans la plénitude des sons non pas simplement avec les oreilles, mais tout entier. »
Dieter Schnebel: « Sirènes oder der Versuch einer sinnlichen Musik », in Musikkonzepte 1/2, p. 71.

C’est en 1950, lors des cours d’été de Nouvelle Musique donnés à Darmstadt au château de Kranichstein que je découvris Edgard Varèse – sa personnalité et sa musique. Cette dernière faisait plutôt peur, surtout le morceau pour percussions...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search