Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

Trois Volkslieder (1928), Verbundenheit (1929), Dreimal Tausand Jahre (1949): Mutations de la technique sérielle

1. les Volkslieder pour chœur de 1928 : diatonisme, polyphonie et trame motivique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

De là vient que j’écris parfois de la musique tonale. Des différences stylistiques de cette nature n’ont pour moi aucune importance particulière. J’ignore lesquelles de mes compositions sont les meilleures ; je les aime toutes, car je les ai aimées quand je les ai écrites.1

À la fin du chapitre de la Philosophie der neuen Musik consacré à Schönberg, Adorno attire l’attention sur une forme d’indifférence à l’égard du matériau (Vergleichgültigung des Materials) qui se fait sentir dans la production du compositeur après l’adoption de la technique dodécaphonique, et souligne, à ce propos, la place qu’occupe chez lui à partir des années 1920, en marge des compositions sérielles solidement « cuirassées » (gepanzert) dont le Quintette à vent op. 26 offre chronologiquement le premier exemple, tout un ensemble d’« œuvres secondaires » (Nebenwerke), utilisant ou non la nouvelle méthode de composition, et destinées ou adaptées à des usages divers2. Au nombre de ces Parerga figurent, et sont par...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search