Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

Der Wunsch des Liebhabers, ou : L'alliance paradoxale du pentatonisme et de l'antonalité

1  Le choix du poème et du matériau musical

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le bon Dieu est dans les détails.
(Der liebe Gott steckt im Detail)1

L’une des compositions les plus attachantes de la période où Schönberg a exploré les possibilités de sa « méthode de composition avec douze notes », mise au point en 1921, est sans conteste la dernière des Quatre Pièces pour chœur mixte (écrites entre septembre et novembre 1925), Der Wunsch des Liebhabers (Le vœu de l’amant), sur un texte du poète chinois Hung-So-Fan (1812-1861), dont Hans Bethge avait proposé une traduction allemande dans son recueil Die chinesische Flöte, paru en 1908. Après la Suite pour piano op. 25, le Quintette à vent op. 26 et la Suite pour sept instruments op. 292, et avant les Variations pour orchestre op. 31, Schönberg revient dans l’opus 27 à une formation pour laquelle il n’avait plus écrit depuis la composition de Friede auf Erden en 1907 (si on laisse de côté les parties chorales de La Main heureuse), tout comme il renouera peu après, dans l’opus 30, avec le quatuor à cordes. Alors que ...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search