Version classiqueVersion mobile

« Ces mystérieux accords parfaits »

 | 
Jean-Louis Leleu

La Main heureuse, ou : « Voilà comment on fait les bijoux ! »

1. La lente gestation de l’œuvre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On comprend, devant la richesse inimaginable de plans sonores, de contrepoints et de couleurs que contiennent ces 250 mesures, ce qui a pu pousser Schönberg à se mettre peu après en quête de nouveaux principes d’organisation pour dompter la profusion.1

Dans sa Philosophie der neuen Musik, dont la partie ayant trait à l’École de Vienne fut rédigée en 1940-1941, Adorno écrivait, à propos du « drame avec musique » La Main heureuse, qu’il était peut-être, musicalement, la réussite la plus significative de Schönberg, du fait de l’équilibre que le compositeur y avait réalisé entre la liberté de l’invention et l’exigence de construction2. En 1955, au moment où s’affirment les musiciens de la jeune génération, c’est toute la Neue Musik que le philosophe voit culminer dans ce chef-d’œuvre resté, selon lui, inégalé3. Pourtant, alors que Schönberg avait écrit Erwartung, son opus précédent, en à peine plus de quinze jours (la première rédaction manuscrite de l’œuvre porte au début la date du 27 ...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search