Version classiqueVersion mobile

Musique visible

 | 
Dieter Schnebel

Voir et/ou entendre : les aspects visuels de la musique

Musique visible

Traduction de Laurent Cantagrel

Note de l’éditeur

Texte paru pour la première fois sous le titre « Sichtbare Musik », conférence écrite pour les cours d’été de Darmstadt (28.08.1966), éditée dans la revue italienne Collage no 8, Palerme 1968. Paru ensuite dans Neue Musik auf der Flucht vor sich selbst, sous la direction d’Ulrich Dibelius, Munich, 1969, réédité dans Anschläge-Auschläge, Karl Hanser Verlag, Munich, 1993, dans l’ouvrage Im Zenit der Moderne : die Internationalen Ferienkurse für Neue Musik Darmstadt 1946-1966, sous la direction de Gianmario Borio et Herman Danuser, Fribourg-en-Brisgau, Rombach, 1997, et traduit en français pour la première fois dans Les Cahiers du Musée national d’art moderne, Hors-série, Notations, 2017.

à Mario Bortolotto

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

I. Chronique

En 1950, Edgard Varèse vint aux Cours d’été de musique contemporaine de Darmstadt. Hermann Scherchen y dirigea Ionisation pour treize percussionnistes, œuvre composée en 1931 par cet enfant terrible de la musique d’après la Première Guerre mondiale. Au lieu de l’habituelle manière distinguée de jouer, on voyait les instrumentistes frapper à tour de bras : il n’y avait en effet presque que des instruments à percussion, les autres instruments, comme le piano, étant eux aussi traités comme des percussions. À la fin, pour comble de mesure, on fit retentir deux sirènes.

Donaueschingen, 1951 : création de Polyphonie X pour dix-sept instruments de Pierre Boulez, une œuvre presque impossible à jouer pour l’époque, unanimement saluée par la critique comme l’œuvre la plus folle depuis bien des années. Le chef d’orchestre gesticulait pour signaler d’inhabituels changements de mesure. Les difficultés exorbitantes des part les instrumentales exigeaient un jeu évoquant parfois de diffi...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search