Version classiqueVersion mobile

Musique visible

 | 
Dieter Schnebel

Tradition et avant-garde

John Cage, 80 ans

Traduction de Marie-Ange Maillet

Note de l’éditeur

Texte paru pour la première fois sous le titre « John Cage, 80 », in Positionen. Beiträge zur neuen Musik, no  14, Berlin, février 1993.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Des pensées, notes, réflexions, idées improvisées sur Cage, surgies tantôt ici, tantôt là – en étudiant sa musique, lors de discussions avec des amis – par ex. J. A. Riedl ou E. A. Stiebler, ou simplement comme ça.

Le tout exposé, rassemblé et arrangé librement, dans un ordre rien moins que systématique.

L’art de Cage depuis 1952, est, au sens propre du terme, du Concept Art : chaque morceau consiste en un concept (Konzept) et existe comme tel, par exemple Winter Music : des sons (Klänge) émis par coups brefs, répartis de manière irrégulière sur l’intégralité de l’espace sonore, et sur une durée importante – pour piano(s). On peut alors, en toute tranquillité, en abandonner le déroulement au hasard.

Peut-être pourrait-on aussi parler de « morceaux-idées » (Ideenstücke). Au fond, les ébauches ont valeur de programme. Ce n’est pas un hasard si plus tard Cage passa à l’ordinateur. Tout comme, en général, il a souvent pressenti des évolutions, anticipé le futur.

À Stony Point, dès les année...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search