Version classiqueVersion mobile

Musique visible

 | 
Dieter Schnebel

Tradition et avant-garde

Brouillards. Tendances chez Debussy

Traduction de Marie-Ange Maillet

Note de l’éditeur

Texte paru pour la première fois sous le titre « … Brouillards. Tendenzen bei Debussy », in Die Reihe 6, Vienne, 1960.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Voici le premier du deuxième livre des Préludes de Debussy.

Pas de thème, pas de développement ; pas de forme traditionnelle, pas de contrepoint, pas d’harmonie non plus au sens où on l’entend d’ordinaire ; ni « mélodies » ni « accompagnement » ; pas de voix principales et secondaires ; pas de tonalité diatonique prononcée ni de tonalité chromatique. Peut-on même parler de tonalité ? Rien, ici, qui évoquerait les contemporains, par exemple Schönberg ou Mahler.

« … Brouillards », Préludes, Livres II, mes. 1-4

Image 100000000000048900000421A8908D55EEDC6FC3.jpg

Mais il y a bien une « alchimie sonore » dont les processus remplacent les agencements traditionnels. Il s’agit donc de processus. Cela veut dire qu’un élément singulier ne doit pas être subordonné à une unité qui l’englobe (par exemple, un son d’une certaine durée, compris comme premier composant d’un thème formé d’un certain nombre d’éléments comparables). Le singulier est plutôt un stade, à savoir quelque chose existant pour soi, quelque chose d’autonome. C’est dans la successio...

© Éditions Contrechamps, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search