Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrits sur la musique et les musiciens

 | 
György Ligeti

Contemporains et amis

Souvenirs d’Adorno

Note de l’éditeur

Version rédigée d’un discours de remerciement improvisé prononcé à l’occasion de la remise du prix Theodor W. Adorno, le 13 septembre 2003 à Francfort-sur-le-Main.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je suis touché. Vous m’avez procuré une grande joie avec ce prix et cette rencontre. Mais le temps est bref et je voudrais parler d’Adorno – très personnellement. On ne peut pas appeler notre relation de l’amitié car il était mon aîné de vingt ans. J’éprouvais une admiration sans borne pour lui et pour ce qu’il écrivait, bien que ce ne soit pas si facile à comprendre. Je vivais à Budapest, derrière le rideau de fer – avec la plus haute estime pour Thomas Mann. Les livres de Mann étaient accessibles mais pas son Doktor Faustus, parce que l’esthétique soviétique officielle de Jdanov réprimait cette sorte d’art, l’interdisait. Même Bartók était interdit, à l’exception de quelques arrangements de chants populaires. Le type de musique qu’Adorno a su décrire avec une telle profondeur était frappée d’un anathème absolu. La personne et les travaux d’Adorno l’étaient de même : Adorno était interdit.

J’ai découvert par hasard son livre Philosophie de la nouvelle musique et ma femme me l’a ensu...

© Éditions Contrechamps, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540