Desktop versionMobile version

Écrits sur la musique et les musiciens

 | 
György Ligeti

Contemporains et amis

Sur la musique de Claude Vivier

Editor's note

Entretien réalisé le 22 avril 1991 et paru dans la revue Circuit, vol. II, nos 1-2, 1991, p. 7-15, consacré à Claude Vivier.
Propos recueillis par Louise Duchesneau

The HTML, PDF, ePub formats of this book are available to the users of libraries and institutions subscribing to the OpenEdition Freemium program for Books. The book can also be purchased on the sites of partner bookstores, in PDF and ePub formats, if the publisher has opted for commercial distribution. If a print edition of the book is available, links to bookstores will be displayed on this page.

Excerpt

Quand avez-vous entendu pour la première fois la musique de Claude Vivier ?

C’est Denys Bouliane qui m’a introduit à la musique de Claude Vivier. Je crois que c’était en janvier ou février 1983. Denys est venu à la classe de composition et avait apporté un enregistrement sur cassette du Prologue pour un Marco Polo et de Wo bist du Licht ! Comme je n’ai pas vu de partitions alors, je ne pouvais pas juger de la complexité de l’écriture. Malgré cela, j’étais tout à fait enthousiasmé et je me suis immédiatement dit : « Cet homme est un génie ! ».

Je dois avouer toutefois que certains aspects de cette musique, qui ne correspondent pas à mon goût, m’ont beaucoup dérangé. Le mélodrame, par exemple, même dans Marco Polo, et le texte déclamé sur bande dans les deux œuvres m’ont semblé trop pathétiques. Mais si je fais abstraction de cette récitation, je dois dire que la musique me toucha par son originalité bouleversante.

Est-ce que vous pouvez expliquer ce que vous entendez par originalité ? Q...

© Éditions Contrechamps, 2014

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search